Cannes : le film guatémaltèque "Nuestras madres" récompensé par la Caméra d’or [es]

La Caméra d’Or, qui récompense le meilleur premier film, revient au réalisateur guatémaltèque César Diaz pour Nuestras Madres : une coproduction franco-belge guatémaltèque.

Nuestras madres" du Guatémaltèque César Diaz, sur les disparus pendant la guerre civile dans son pays, a reçu samedi soir la Caméra d’or, récompensant un premier film dans la sélection cannoise.

« Je veux dédier ce prix aux 250.000 victimes du génocide guatémaltèque et à ces femmes surtout qui restent debout », a déclaré César Diaz, en recevant son prix, qui a été attribué à l’unanimité par le jury présidé par le cinéaste Rithy Panh.

Présenté à la Semaine de la critique, son film suit les traces d’Ernesto, un jeune anthropologue chargé de l’identification des disparus à partir d’ossements.

Un jour, il croit retrouver la trace de son père, guérillero disparu pendant la guerre civile, qui a fait 200.000 morts ou disparus entre 1960 et 1996, principalement au sein de la population maya soupçonnée de soutenir la guérilla de gauche.

« On parle beaucoup de la dictature au Chili, en Argentine mais la dictature au Guatemala, on ne connaît pas », avait affirmé le réalisateur, lui-même fils de disparu, lors d’un entretien à l’AFP. Il est le premier réalisateur venant du Guatemala à présenter son film sur la Croisette.

Mercredi, il avait remporté le prix de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD).

JPEG

César Diaz : né au Guatemala en 1978, il a étudié au Mexique et en Belgique, puis a intégré l’atelier scénario de la Fémis à Paris. Depuis plus de dix ans, il est monteur de fictions et de documentaires.

Dernière modification : 27/05/2019

Haut de page