Le ministère des Affaires étrangères poursuit son aide aux missions archéologiques françaises dans le monde

La Commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger, qui s’est réunie du 6 au 12 décembre 2012, a validé 125 programmes de fouilles françaises à l’étranger. Les missions archéologiques françaises à l’étranger constituent des coopérations de long terme, qui mettent à l’honneur la culture des pays hôtes, tout en favorisant le développement local et la mobilité de chercheurs. Elles apportent ainsi une contribution importante aux relations amicales et de coopération de la France avec une soixantaine de pays dans le monde.

Dégagement de la muraille de Saladin (12e siècle) dans le centre ville du Caire - JPEG

Sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères et sous l’autorité du Professeur Jean-François Jarrige, membre de l’Institut de France, la Commission consultative des recherches archéologiques à l’étranger rassemble plusieurs archéologues et spécialistes de l’Institut, du CNRS et des grandes institutions culturelles ou de recherche françaises (musée du Louvre, muséum national d’histoire naturelle, universités) ou étrangères (musée national du Mali).

Pour 2013, la commission a prolongé les programmes de 31 fouilles dans la section Afrique et Arabie, 31 en Asie-Océanie, 32 en Europe et au Maghreb, 11 en Orient et 10 en Amérique du Sud. Elle a retenu dix nouveaux projets : en Oman, en Inde, en Ouzbékistan, à Tonga, en Grèce, en Israël, dans les territoires palestiniens, au Liban et dans le Kurdistan d’Irak.

Sensible au nombre décroissant de missions de fouilles archéologiques en Amérique du Sud, le ministère des Affaires étrangères a décidé de lancer un appel d’offre spécifique en 2013 qui sera destiné à y susciter des créations de missions françaises.
L’évaluation des dossiers a tenu compte de certaines situations politiques, notamment en Syrie : les 14 missions archéologiques françaises sont actuellement en veille, mais maintiennent leur coopération avec les partenaires des pays d’accueil à travers des programmes de formation et de communication. Ces missions pourront reprendre leurs activités de terrain lorsque les conditions le permettront.

Dernière modification : 13/12/2016

Haut de page