Rubrique économique "Focus" : Jean-Marie Maizener

JPEG

1) Pouvez-vous vous présenter ? (activité, formation, carrière, …)

Je suis français et j’ai étudié à l’Ecole Centrale Paris. Je suis ingénieur spécialisé en finances et j’ai commencé comme conseiller en stratégie. Après 4 ans à travailler à Paris, je suis parti au Guatemala.

2) Pourquoi avoir choisi le Guatemala pour implanter votre entreprise ?
Ma femme est guatémaltèque, ingénieure chimiste spécialisée en parfumerie et elle souhaitait absolument créer une société au Guatemala pour amener de la valeur dans son pays. Nos formations étant très complémentaires, j’ai commencé à l’aider et après une levée de fonds nous avons décidé de déménager au Guatemala.

3) Présentez en quelques lignes votre entreprise
Notre entreprise s’appelle Nelixia. Nous sommes producteurs de matières premières pour la parfumerie, les arômes et l’aromathérapie avec une philosophie développement durable. Nous utilisons des matières premières comme des graines, des plantes, des fleurs. Nous les transformons, principalement en huiles essentielles, et les exportons à l’industrie. Notre but est d’apporter la plus grande valeur ajoutée possible à ces matières. Notre différenciation est de travailler de façon développement durable notamment en nous fournissant directement auprès de coopératives et de communautés. Nous produisons aussi une partie de l’énergie que nous utilisons en réutilisant notre biomasse.

4) Présentez en quelques lignes votre vision de votre secteur d’activités au Guatemala
Le secteur au Guatemala est une niche comme dans tous les pays du monde. Il n’y a pas de marché local, uniquement export. Les challenges de notre industrie sont aujourd’hui au niveau du sourcing, à cause du changement climatique, de l’exode rural et de la perte de savoir-faire car les jeunes générations ne souhaitent pas rester dans les campagnes. C’est pourquoi nous sommes très proches des producteurs. Nous travaillons pour que ces produits soient encore présents pour les prochaines générations.

5) Pouvez-vous nous présenter un peu plus en détail vos produits ? Comment différenciez-vous vos produits par rapport à ceux de vos concurrents ?
Notre stratégie est d’être le principal fournisseur d’Amérique Centrale de matières premières pour la parfumerie, les arômes et l’aromathérapie. Notre principal produit aujourd’hui est l’huile essentielle de cardamome, mais nous commençons à nous développer sur des résines provenant du Salvador et du Honduras. Pour chaque filière sur laquelle nous travaillons, nous nous différencions par notre approche développement durable. Nous allons toujours à la source.
Cela correspond par ailleurs à la tendance des produits finis, car les consommateurs souhaitent maintenant connaître la provenance des matières premières, par qui elles sont produites.

6) La philosophie de Nelixia est de produire dans une optique de développement durable, comment travaillez-vous avec les communautés ? Quelles ont été ou sont les difficultés rencontrées ?
Nous avons développé une méthodologie pour monter des projets avec des gens qui vivent au jour le jour et les convaincre de produire (ou continuer à produire) des produits non conventionnels. Il y a un très grand travail fait avec les communautés. Nous avons une approche de partenariat. Nous nous associons avec des ONG locales car elles ont déjà des équipes sur le terrain et la confiance des communautés. Elles nous aident à structurer les communautés en associations d’agriculteurs et suivent les aspects sociaux des projets. Nous essayons par ailleurs d’inclure nos clients dans les projets, pour pouvoir apporter une sécurisation de volume, ainsi que des financements - par exemple en apportant des infrastructures business inexistantes (centres de collecte,…). Après avoir structuré la chaine business et développé des relations avec les associations créées, nous essayons d’aller plus loin en développant des projets sociaux.

JPEG

7) Dans quels marchés spécifiques l’entreprise du parfum a –t-il de l’avenir ?
C’est plutôt quelle est la tendance du parfum en ce moment. Il y a eu une certaine baisse de qualité du parfum ces dernières années avec un plus grand usage de matières synthétiques par rapport aux matières premières naturelles. Cela a eu des répercussions sur le consommateur qui demande aujourd’hui des parfums plus qualitatifs et veut aussi comprendre l’origine et la façon de produire les matières premières naturelles du produit

8) Quels sont vos objectifs pour 2016 ?
Les objectifs à court et moyen terme sont de nous diversifier sur de nouveaux produits. Ce n’est pas facile car il y a peu de filières existantes...Il faut donc les créer, soit en important de plus loin en Amérique Latine, soit en développant des productions agricoles locales. Chaque filière que nous créons, se développe toujours selon le même esprit développement durable.

9) Parlez-nous de vos impressions générales sur les conditions de vie au Guatemala et sur les atouts de ce pays. Quelques conseils aux français intéressés pour investir ou venir s’installer au Guatemala ?
Personnellement, je vis à Antigua, donc les conditions de vie sont particulièrement agréables. Professionnellement, je conseille de s’allier et de se faire conseiller par des partenaires locaux car c’est une autre culture. Il faut apprendre à comprendre et à parler aux gens. Il faut aussi trouver les bons fournisseurs, ce qui est difficile. De plus, il y a une vraie problématique d’accès au financement, pour les PME de fortes garanties sont demandées et les taux d’intérêt sont très élevés, ce qui peut être décourageant. Cependant, c’est un pays avec beaucoup d’opportunités et beaucoup de choses à faire.

Contact utile : http://www.nelixia.com/fr/

JPEG

Dernière modification : 11/05/2016

Haut de page