Un responsable de l’ENA en visite au Guatemala [es]

Le directeur-adjoint des Relations Internationales de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA), M. Max Brunner, a effectué du 10 au 13 mai une mission au Guatemala afin notamment de conduire l’entretien de sélection de candidats guatémaltèques aux cycles de longue durée. En 2011, deux candidats avaient été retenus pour des formations de 7 et 16 mois au sein de l’Ecole.

Parallèlement à ces entretiens de sélection, il a été reçu par Mme Patricia Garcia, directrice du Bureau National de la Fonction Publique (l’ONSEC), nouvellement nommée à la tête de cette institution et qui a manifesté un grand intérêt pour l’expertise de l’Ecole en matière de réforme du secteur public. Il a également rencontré M. Leonel Reyes, directeur de l’Institut National d’Administration Publique (INAP). M. Brunner a prononcé par ailleurs une conférence sur « les défis de la professionnalisation de la fonction publique » auprès des étudiants de la Faculté de Droit de l’université Francisco Marroquin.

M. Brunner a pu s’entretenir avec des membres du gouvernement lors de la réception organisée par l’Ambassadeur, le jeudi 10 mai à la Résidence de France. Le Ministre du Travail, M. Carlos Contreras et le Vice-ministre des Finances publiques, M. Marco Antonio Gutiérrez, étaient en effet présents aux côtés des représentants de l’ONSEC et de l’INAP, de plusieurs membres de la fondation Guatefuturo dont José Rubén Zamora, ainsi que d’une quinzaine d’anciens élèves et auditeurs guatémaltèques de l’ENA. M. Brunner a profité de cette occasion pour saluer l’ouverture, en novembre dernier, du Cycle Montesquieu. Mise en œuvre par l’Alliance Française à l’initiative de l’Ambassade de France, cette formation centrée sur les sciences politiques, les relations internationales et l’administration publique constitue une solide préparation aux concours d’entrée des grandes écoles et aux cursus des universités françaises, dont l’ENA en particulier. Cette initiative originale reflète le dynamisme des relations qui se développent entre le Guatemala et l’ENA, au sein de laquelle 4 guatémaltèques ont déjà suivi un cycle de longue durée.

Dernière modification : 13/12/2016

Haut de page